Transitions. Guido Pagliarino. Читать онлайн. Newlib. NEWLIB.NET

Автор: Guido Pagliarino
Издательство: Tektime S.r.l.s.
Серия:
Жанр произведения: Героическая фантастика
Год издания: 0
isbn: 9788885356948
Скачать книгу
avait blagué Mussolini pour se défaire de l'inquiétude qui l'avait pris.

      Le chef de l'OVRA ne l'avait pas du tout comprit : «Duce, il est possible que sur cet appareil les moteurs génèrent beaucoup de chaleur et alors...»

      Â«â€¦mais quelle belle découverte, Bocchini !»

      Â«Ex...cusez-moi Duce, je n'avais pas comp...»

      Â«â€¦Bref, retournons sérieux : pour moi, ces trois-là ce sont des espions, et non pas de simple pilotes d'essai. Dommage qu'ils soient morts et que tes hommes ne peuvent pas les interroger comme il le faut, toujours s'il n'en pas qui sont encore en vie, bien entendu : tu ne penses pas que quelqu'un pourrait être sortit du véhicule et s’être caché?»

      Â«Duce, sur le moment il y a eu aussi de notre part le même doute et même un très fort doute, compte tenu des postes assis sur ce disque qui sont quatre ; mais maintenant on peut penser qu'il n'y a pas de survivant, parce que toute la zone et aussi la zone de Vergiate ont été cherchées par la Milice : il s'est conclu que un des sièges n'a pas été occupé».

      Â«Mmmhh… oui, c'est probable. À part cela, Bocchini, je te dis que la présence féminine dans l'aéromobile m'a paru un peu bizarre, même si, dans le monde, il y a aussi des pilotes d'avion du genre féminin, figures d'ailleurs très exceptionnelles» – les superlatifs, surtout s'ils sont excessifs plaisent beaucoup à Mussolini – «comme par exemple cette aviatrice américaine que toi tu m'en avais parlé auparavant, celle de l'année dernière qui avait survolé toute seule l'Atlantique... Comment elle s’appelle?»

      Â«Amelia Earhart10 ».

      Â«Ah, oui ; et… ça ne serait pas elle par hasard?»

      Â«On est en train de le contrôler, Duce. Cependant, je vous informe entre parenthèses que, il y a pas longtemps, nous avons nous aussi une pilote héroïque féminine, la vingt-deuxième provenant de la région des Marches Carina Negrone qui justement, par pure hasard ce matin, a réussi le brevet de pilotage à Genève, en décollant avec un hydravion Caproncino depuis la mer sous-jacente à La Lanterna».

      Â«Bravo Bocchini ! Belle information pour la propagande ! La femme est de foie fasciste, non?»

      Â«Une patriote, Duce, et a été instruite par un pilote militaire en congé, un héros de la Grande Guerre : l'industriel génois Giorgio Parodi».

      Â«Je connais, je connais. Très bien : en attendant je t'ordonne de faire la publicité avec Stefani sur l'audacieuse aviatrice italienne : la nouvelle contribuera à distraire les journaux de cet aéromobile inconnu, car ce dernier événement ne favorisera sûrement pas l'image de notre aviation. Parallèlement, nous bloquons l'information du disque en balançant la baliverne du bolide céleste. Jusqu'à aujourd'hui notre aéronautique a été la première des premières au monde et le monde entier doit continuer à le penser. Mille kilomètres à l’heure ! C'est un truc de roman à la Jules Verne ! Nous devrons aussi arriver, hein?»

      Â«Oui bien sûr, Duce», avait assuré Bocchini même si avec la production aéronautique il avait à que faire tout comme un saucisson avec les fraises à la chantilly.

      Â«Si tu ne me l'aurais pas dit je ne le croirais pas ; mille kilomètres à l’heure : formidable : mais retournons à la femme morte : sa présence dans le véhicule confirme sur ce que j'ai dit avant».

      Â«?»

      Â«â€¦mais oui, que cela s'agit d’espionnage ! La femme en tant que telle, ne pouvait pas être une militaire, elle serait plutôt une interprète, ou quelque chose du genre, d'un service secret».

      Â«Oui Duce. J’enquêterais. Pour le moment, si vous permettez, je continue à vous informer».

      Â«Procède».

      Â«En ambulance, les trois cadavres ont été emmenés dans la chambre mortuaire de l’hôpital militaire de Milan, où ils viennent d’être gardés en attendant l'autopsie. Et en même temps sur le lieu de l'impact est arrivé des camions spéciaux et des grues mobiles de l'aéronautique, ils avaient tous des gros pneus cloutés ou avec des chenilles pour les terrains non goudronnés, et ils ont réussi à charger le véhicule et à libérer la zone de l’encombrante présence, bien sûr après avoir interdit le trafic sur tout le parcours, car le disque occupe presque toute la largeur de la grande route».

      Â«Dégâts aux cultures locales?»

      Â«Euh, oui, Duce, entre les chenilles et les pneus cloutés, et en considérant que jusqu'à la route goudronnée il y a seulement un sentier en terre, les champs des deux côtés de ce dernier ont eu d'importants dégâts».

      Â«Nous rembourserons les propriétaires. J'en informerais le préfet local... de quelle province» ?”

      Â«Varèse, Vergiate et en province de Varèse».

      Â«Oui, Varèse. Photos du disque?»

      Â«Oui, Duce, beaucoup de photographies ont été prises».

      Â«Fais les moi voir tout de suite».

      Â«Nous sommes en train de les imprimer, Duce. Pour demain matin au maximum, avec le courrier express de la Sécurité Publique, elles seront sur votre bureau».

      Â«Bien. Continue.»

      Â«Le véhicule a été mis non loin du lieu d'atterrissage, dans les structures des anciens garages Électrochimique Docteur Rossi, achetés il y a longtemps par l'industrie d'avions SIAI Marchetti qui les a transformés en usine d'aéroplanes. À côté du site la SIAI, avec le Ministère de l'aéronautique et l'intervention du Génie aéronautique, a construit une piste pour les essais de vols”.

      Â«Comment est la sécurité?»

      Â«Un manipolo11 d'hommes de la Milice de la caserne Berta monte la garde tant qu'au disque qu’à la piste ; je leur les ai accolé deux maréchaux de l'OVRA, qui m’informeront quotidiennement».

      Â«Ils doivent être tous parfaitement frais d'esprit, pour ne pas avoir un seul moment d'inattention. Leur tours de garde est de vingt-quatre-heures?»

      Â«Non, Duce : je change mes hommes toutes les douze heures, surtout parce qu'ils sont toujours sur la garde».

      Â«D'accord. Écoute, Bocchini, c'est inutile de souligner que ce fait d'aujourd'hui est une priorité absolue. Il doit partir immédiatement l'interdiction à la presse de parler de ce qui s'est passé, elle devra seulement parler de l'aérolite naturel et insister sur cette histoire, même si les vraies nouvelles ont déjà été récoltées par quelques organes d'informations. Procède avec Stefani et fais préciser aux journalistes que les auteurs qui parlent, même si seulement, de voix minimes différentes à la version de l'aérolite naturel, seront dénoncés par le Tribunal pour la Sécurité de l’État».

      Telle dénonce aura pour lourde conséquence l'envoi sur la petite île donnant sur Ventotene, destinée au séjour coercitifs, des membres non alignés à la culture et des journalistes pas assez fidèles aux ordres transmis par les soi-disant ordres transparents de l'Agence Stefani.

      Â«Au revoir, Bocchini. Je te rappelle», avait conclu Mussolini.

      Le chef de l'OVRA, répondu au salut et attaqua le récepteur, il avait levé le combiné d'un autre appareil, qui était en directe communication avec le standard de Stefani, et avait passé les dispositions impératives qu'il avait reçu du Grand Chef. Il avait ordonné d’envoyer de tels ordres à tous les médias par un télégramme éclair.

      Le siège milanais de l'agence s'était activé sans retard, non seulement car il était le plus proche du lieu de l’atterrissage, mais aussi car à Milan résidait le chef de la Stefani Manlio Morgagni et cette section était considérée importante, si pas plus que celle de Rome.

      Immédiatement